Cette femme est tombée enceinte après une relation anale

Vos parents ne vous ont pas parlé de cette option quand vous leur demandiez comment on fait les bébés ? C’est tout à fait normal, car dans 999.999 cas sur un million, c’est impossible. Quand le Dr Brian Steixner, urologiste à Atlantic City, était étudiant en médecine, il eut l’occasion d’observer ce cas exceptionnel.

 

a1Une nuit, une jeune femme enceinte arriva aux urgences en se plaignant de saignements. S’il est relativement fréquent chez les femmes enceintes d’avoir de légers saignements, le sang sortait de son rectum – ce qui n’est pas si fréquent.

Cette femme était née avec une malformation cloacale. Cela signifie qu’à la place d’un urètre, un vagin et un anus, elle n’avait qu’un seul orifice, appelé cloaque (comme les oiseaux). Cette malformation est extrêmement rare, touchant seulement une femme sur 25.000 selon le Dr Steixner (et seulement les femmes).

Si personne ne sait ce qui provoque cette malformation, elle est habituellement diagnostiquée et réparée dès la naissance, afin de séparer l’urètre, le vagin et le rectum du bébé. C’est ce qui était arrivé à cette femme, mais quelque chose n’avait pas marché. Que l’opération ait été bâclée ou en réponse au traumatisme de l’intervention, son corps avait formé une fistule (une connexion anormale entre des organes) et son utérus avait fusionné avec son rectum. Si bien que, chaque mois, ses règles s’écoulaient depuis son rectum. Quant à son vagin, c’était une voie sans issue qui n’aboutissait nulle part.

Au cours de ses conversations avec le Dr Steixner, la femme mentionna qu’elle n’avait jamais eu que des relations sexuelles anales. Quelques mois plus tard, elle subit une césarienne, les médecins estimant qu’elle ne devrait pas essayer de « déféquer » le bébé, lequel se portait bien.

Le Dr Steixner ignore ce qu’il advint de la femme après qu’elle a eu son bébé. Et si le cas d’une femme tombant enceinte après une relation sexuelle anale en raison d’une malformation cloacale est extrêmement rare, être née avec cette malformation peut être incroyablement difficile, même si elle est réparée à la naissance.

« Construire les parois entre les trois voies de passage (l’urètre, le vagin et le rectum) est un travail délicat, explique le Dr Steixner. Plus ces parois doivent être longues, plus le chirurgien doit s’approcher des sphyncters urétral et anal. Certaines femmes souffrent de fuites urinaires et fécales pendant leur vie entière. C’est un problème psychologique et de qualité de vie très important. »

Sachez cependant que même si l’urètre et l’anus ne fonctionnent pas parfaitement à 100% après une réparation de la malformation cloacale, tout – y compris le vagin – a l’air « normal ».

Source : santeplusmag

Partagez l'astuce avec vos amis:

Commentaires

commentaires